Bonjour, je m’appelle Céline, formatrice, je ne sais pas et je le vis bien !

Je suis formatrice indépendante, j’ai 36 ans (bientôt 37), je ne sais pas tout, et j’en suis fière !

Tout commence il y a quelques semaines. J’intervenais dans un centre de formation, et on m’a donné un conseil qui m’a surpris :

« si tu ne sais pas répondre à une question des stagiaires, tu dis que ce n’est pas le sujet, que tu y reviendras plus tard, et comme ça tu as le temps de venir me demander. »

En fait, je pense que je n’ai pas compris cette démarche de cacher une éventuelle ignorance à une question posée.

De cette réflexion m’est venue plein d’autres interrogations :

est-ce qu’un bon formateur a réponse à tout ?

est-ce que si il n’a pas les réponses à toutes les questions, ça veut dire qu’il n’est pas expert dans son domaine ?

qu’est-ce que ça veut dire être expert dans un domaine ?

est-ce qu’il perd en crédibilité si il répond à un apprenant « je ne sais pas »?

Ce que j’en pense

Alors, il arrive que mes stagiaires me posent des questions auxquelles je n’ai pas les réponses, et je vous avoue, pire encore, il m’arrive de leur poser des questions auxquelles je n’ai pas les réponses, et j’en éprouve du plaisir !

Lorsque cela arrive, j’aime lancer un :

« je ne sais pas, mais je vous propose de jouer au wiki ».

Le principe d’un wiki est de mettre à disposition une plateforme dans laquelle toute personne est libre d’apporter sa connaissance, d’offrir un contenu susceptible d’être modifié, amélioré par une autre personne. C’est un outil permettant de mettre en commun et de façon collaborative des connaissances. Le plus célèbre des wiki étant wikipédia.

Ainsi, lorsqu’une question à laquelle personne n’a de réponse est posée, je propose à ce que tout le monde recherche la réponse, et que nous mettions en commun ce que nous avons compris, trouvé.

Quels avantages ?

Pour l’apprenant :

D’une part, je ne sais pas vous, mais pour moi, à part dans les jeux télévisés type « les 12 coups de midi » où ça m’amuse 5 minutes, quelqu’un qui a réponse à toutes mes questions m’agace.

Ensuite, le fait de ne pas répondre à toutes les interrogations de son apprenant mais de l’obliger à trouver sa réponse, sa vérité, lui permet d’être acteur de sa formation. Le but ultime du formateur étant que son apprenant sache se poser de bonnes questions, et sache également comment y répondre. Ainsi, l’apprenant développe son envie d’apprendre, et peut être même qu’il gardera cette méthodologie après la formation.

Enfin, il faut l’avouer, dans un premier temps que j’appelle le « temps d’adaptation au rôle d’apprenant », il faut faire un deuil de la méthode d’apprentissage scolaire, où un professeur déroule son cours et où l’apprenant est un entonnoir à connaissances. L’estimer et estimer la pertinence de ses interrogations, le bien-fondé de celles-ci, l’encourage à voir la formation comme un échange entre professionnels, à être plus à l’aise et peut être, du moins je l’espère, à avoir assez confiance en lui pour participer avec désinhibition. Bien souvent, un autre apprenant intervient pour valider « ha oui, ça c’est une bonne question ! », et il arrive tout aussi régulièrement qu’un autre apprenant, de part ses connaissances, expériences, ait la réponse, et pas vous.

Pour le formateur :

Vous vous imaginez la pression ? Si vous devez être sûr à 100 % déjà d’une part, d’anticiper toutes les questions qu’il est possible de poser sur une thématique, et ensuite d’être sûr à 100 % d’être capable d’y répondre ? C’est humainement irréalisable !

En plus, si vous évincez cette question pour profiter de votre pause et chercher une réponse, que se passe-t-il si vous ne trouvez pas ? Comment revenir avec un « je ne sais pas » en réponse à un « ce n’est pas le sujet, nous y reviendrons ultérieurement » ? Franchement, il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles ! Je pense que c’est trahir la confiance qu’un apprenant peut vous donner, et pire, ça peut vous donner une allure de mauvais politicien.

Enfin, qu’est-ce qui est le plus important chez un formateur ? Doit-il tout savoir, ou accompagner les apprentissages ? En toute franchise, je suis heureuse lorsque je découvre une nouvelle notion avec un apprenant. Non seulement je ne suis qu’un être humain (mon cerveau est bien moins performant que Google), et en plus ça permet de rester humble, et de dire que, oui, le formateur aussi apprendra tout au long de sa vie.

En conclusion

Il y a un bémol, bien sûr qu’il faut maîtriser un minimum le sujet sur lequel on intervient, on ne peut, sous peine d’être un formateur amateur, intervenir sur tout et n’importe quoi, sous prétexte qu’on peut chercher avec ses apprenants des réponses.

Cependant, je pense qu’il faut également se décomplexer, ne pas se mettre dans un état second de stress impitoyable parce qu’un de vos apprenants a osé vous poser une question à laquelle vous n’avez pas de réponse à apporter, mais au contraire, être heureux d’apprendre de nouvelles choses !

A mon sens, on n’attend pas de vous que vous soyez une encyclopédie vivante, mais plutôt que vous impulsiez cette envie de découverte et d’aventure.

3 Comments

  1. Evelyne

    Comme dirait une vieille formatrice en fin de carrière : Google est ton ami!

    Répondre
  2. DECELLE

    C’est la force d’un formateur….. Être en capacité de s’appuyer sur la connaissance de chacun pour développer les connaissances de l’ensemble groupe, créer une émulsion et ainsi glisser tout doucement vers un mode de management collaboratif. Ne dit t’on pas que ce mode de management permet de développer la créativité, suscite de l’investissement des équipes, et donc tout naturellement une performance économique. Ma mise en valeur des équipes, la communication seront donc une des solutions à la réussite d’un groupe.
    Merci Céline de la pertinence de ton interrogation, je suis impatient que l’on puisse échanger sur ce sujet.

    Répondre
  3. JEAN-PIERRE FORTAT

    Bonne démarche

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *